facebook twetter Google+ اللغة الفرنسية

التعريف بالتنسيقية

Coordination Européenne au Sahara Autonome du Maroc

Logo Sahara Marocain  Vive le Maroc

Mohamed VI Commendant Armée Royale

Cesam une organisation européenne de développement et de défense des droits de l’Homme avec ses sections en France, en Europe et au Maroc:

 Objectifs de notre organisation

 

Objet : soutien au projet d’autonomie du Sahara Marocain, dans le cadre du droit international de la souveraineté des États et de la défense de leur intégrité territoriale ; elle concourt à la contribution aux programmes d’aménagement des territoires, de protection de l’environnement, en partenariat avec les associations locales et les services publics ; contribuer à l’insertion sociale des populations locales et étrangères dans les régions du Sahara autonome du Maroc, et lutter contre le terrorisme dans les régions sahariennes du Maghreb ; participer au développement rural, agricole, et agro-industriel, ainsi qu’à l’enrichissement culturel des enfants, des jeunes, hommes et femmes du Sahara marocain ; sensibiliser les maghrébins et africains en général, aux difficultés de l’immigration, en les incitant à investir et vivre dans leurs pays ; organiser des voyages et des chantiers internationaux d’échanges de savoirs et savoir-faire au profit des jeunes, pour la découverte du patrimoine sahraoui de l’union du Maghreb, et du patrimoine africain ; organiser des rencontres scientifiques internationales, des spectacles et des manifestations interculturelles ; participer à l’aide aux personnes âgées, aux actions intergénérationnelles, et à l’insertion des handicapés et des infirmes moteurs cérébraux, dans la vie active des sociétés africaines resserrer les liens des sahraouis de la région dans un esprit d’entraide et de solidarité internationale.

R.N.A : W543006592

Nos actions:

Cesam agit pour stimuler l’intelligence humaine des nouvelles et futures générations, celles qui oeuvrent pour le développement durable, pour une réelle égalité, avec une meilleure répartition des richesses mondiales et une large liberté des citoyens du monde à choisir leur environnement et milieu social d’intégration, dans une nation, parmi les nations du monde.

Cesam, prévoit de contribuer aux actions de développement local de son siège et de son rayonnement au niveau régional, national et international.

Entraide internationale

CESAM a pour objectifs de :

– Contribuer à l’insertion sociale des populations locales et étrangères dans les régions du Sahara autonome du Maroc.

– De lutter contre le terrorisme dans les régions sahariennes du Maghreb et de l’Afrique en général.

– Participer au développement rural, agricole, et agro-industriel, ainsi que à l’enrichissement culturel des enfants, des jeunes, hommes et femmes du Sahara marocain.

– Sensibiliser les maghrébins et africains en général, aux difficultés de l’immigration, en les incitants à investir et vivre dans leurs pays.

– Organiser des voyages et des chantiers internationaux d’échanges de savoirs et savoir-faire au profit des jeunes, pour la découverte du patrimoine du Sahara, pour favoriser l’union du Maghreb, et du patrimoine nord africain. Organiser des rencontres scientifiques internationales, des spectacles et des manifestations interculturelles.

– Participer à l’aide aux personnes âgées, aux actions intergénérationnelles et à l’insertion des handicapés et des infirmes moteurs cérébraux, dans la vie active des sociétés africaines.

-De resserrer les liens des populations des régions sahariennes, dans un esprit d’entraide et de solidarité internationale.

– Réaliser des études d’ingénierie de développement territorial des provinces du sud du Royaume du Maroc, de coordination et d’expertise de projets des régions Sahariennes d’Afrique.

CESAM concours à la contribution aux programmes d’aménagement des territoires, de protection de l’environnement, en partenariat avec les associations locales et les services publics. Elle adhère aux conventions internationales de défense des droits de l’Homme.

European Coordination in the Sahara Autonomous Region of Morocco

11 Rue Amsterdam F-54500 VANDOEUVRE LES NANCY

Tel: 0033 (0)630188017; Fax: 0033 (0)383546927

Email: cesam.europe@gmail.com/cesam.maghreb@gmail.com

Website: http://www.cesam-sahara.org

STATUTES

ART. 1 – CONSTITUTION:

The members adhering to the present statutes hereby found an association regulated by the July 1st 1901 law and the August 1901, hereinafter entitled: The European Coordination in the Sahara Autonomous Region of Morocco.

ART. 2 – PURPOSE:

This organization’s principal objectives are to support advanced regionalisation projects and to monitor the progress of the initiative for autonomy of Moroccan Sahara, within the framework of international law, State sovereignty and the defence of territorial integrity of all States involved.

The aims of the association are to contribute to engineering development, land-use planning and environmental protection programs, working in partnership with local associations, public and private services, and in close collaboration with national and international aid donors. The association acknowledges and notes the activities of international solidary projects and adheres to international human rights conventions, including drawing up of reports, presenting analysis and assessment of field observations, regarding sustainable development of production systems, always acting in the interest of environmental protection, participative democracy and in compliance with the International Bill of Human Rights.

Intermediate Objectives:

-To contribute to the social integration of local and foreign populations in all regions of Africa. In addition, to combat terrorism by means of monitoring bodies in the Saharan regions of the Magrheb (NorthAfrica) and in Africa in general;

-To take part in rural development, agriculture and agribusiness, as well as programs of cultural enrichment for men and women of all ages;

-To raise awareness amongst African communities, in particular the Maghrebin (North African) community, of the inherent difficulties of immigration, encouraging them to invest and live in their countries of origin;

-To organise trips and international exchanges of knowledge and know-how for young people, with the aim of promoting African heritage. To organise international scientific conferences, entertainment and intercultural events;

– To participate in programs to help the elderly, intergenerational action and to the integration of disabled people and people suffering from cerebral palsy into the active life of African society;

– To forge closer links between the different populations of the Saharan regions, in the spirit of mutual support and international solidarity;

– To carry out engineering and land-use studies, in partnership with European aid donors, benefitting from expertise provided by relevant project authorities, and implementing United Nations programmes for development in the Saharan regions of Africa.

ART. 3 – HEADQUARTERS:

THE HEADQUARTERS ARE LOCATED AT: 11 RUE D’AMSTERDAM, SCGE VAND’AFFAIRES

54500 VANDOEUVRE LES NANCY, FRANCE

ART. 4 – Structure:

The association is composed of:

Active or subscribing members: those who pay an annual subscription as set at the Annual General Meeting.

ART. 5 – Admission Requirements:

Membership to the association must be approved by the committee that, at each meeting, gives a ruling on all submitted applications.

ART. 6 – Termination of Membership:

Registered member status may be terminated by:

a) Resignation,

b) Death,

c) Or by exclusion, decided upon by the board following either non-payment of subscription or serious offense, the member concerned having received written invitation, sent by registered post, to appear before the committee and provide an explanation.

ART. 7 Resources:

The organization’s resources include:

a) Admission fees and subscription payments

b) Grants awarded by the States, regions, municipalities and public service institutions, along with any other resource authorized by legal and regulatory texts

c) Monthly donations: (corporate contributions, individual donors or other contributors). Other resources: miscellaneous.

ART. 8 – Board of Directors:

The association is governed by a board of members elected for two years at the Annual General Meeting, each member retaining the possibility of being re-elected.

The Board of Directors selects from among its members, by secret ballot, a committee composed of:

– A Chairman

– One or more vice-chair(s)

– A secretary and, if needed, an assistant secretary.

-A treasurer and, if needed, an assistant treasurer.

In the event of vacant posts, the board provides temporary replacement for absent members. 

Definitive replacement is decided on at the following Annual General Meeting.

The powers of members elected in this way come to an end at the time when the term of office of the replaced members would normally expire.

ART. 9 – Board of Directors Meetings:

The Board of Directors meets at least once every four months at the behest of the Secretary General and/or of the President, or upon the request of a quarter of the members.

All decisions are taken by a majority vote; In the event of a tie, the Chairman holds the casting vote.

Any member of the board who has missed three consecutive meetings, without apologies for absence, may be considered as having resigned.

No person being underage is permitted on the board.

ART. 10 –ORDINARY GENERAL MEETING:

The ordinary general meeting gathers together all subscribed members of the association, regardless of affiliation type.

It is convened once a year.

Members are sent a summons to convene by the General Secretary at least 15 days before the scheduled meeting, the agenda of which is outlined in the summons.

The Chairman, in the presence of the board members, presides over the assembly and presents an overview of the association’s performance.

The treasurer reports on his financial management and submits the balance sheet to the committee for its approval.

Once all the topics on the agenda have been covered, the board proceeds to the election of replacement board members by secret ballot, if necessary.

Only matters on the agenda shall be dealt with during the general assembly.

 ART. 11 – Extraordinary General Meeting:

Where required, or on request from half of the board members, the Chair and/or the General Secretary shall convene an extraordinary general meeting to resolve internal or external problems concerning the association, in accordance with the provisions set out by Article 10.

ART. 12 –QUORUM:

At least half of the members of the association, regardless of affiliation type, must be present at the annual general meeting, in order to hold valid discussions and vote. If a quorum is not met, a second meeting shall be scheduled with the same agenda to take place within a minimum of fifteen days. If the quorum can still not be reached, a third meeting shall be convened fifteen days later to discuss the same agenda, at which point valid discussion and vote can be held regardless of the number of members present. In any case, all decisions shall be taken by an absolute majority of board members present or represented at the meeting.

 ART. 13 –ACCOUNTING:

Income and expenses records will be kept up-to-date, along with full financial records if required. Those responsible for the association’s account management, namely the Chairman and treasurer, along with their assistants, shall be held legally accountable for all activity and financial flow that could affect the correct functioning of the association. They are required to account for all revenues and expenditure with substantiating documents at each annual general meeting.

ART. 14 –CHANGES, MODIFICATIONS AND DISSOLUTION:

Any change made by the Chairman or General Secretary to the association’s administration, management or statutes must be communicated to the regional prefecture or the district sub-prefecture of where the headquarters are located within three months. These modifications and changes are also to be entered in a register numbered and initialled by the association representative. The annual report must be sent annually to the department Prefect. In the event of dissolution approved by at least two-thirds of the members present at the annual general meeting, one or more liquidators shall therein be appointed. Net assets shall be allocated to one or more approved associations, or to any other legal entity governed either by private (such as a company, union or economic interest group)  or public law (such as a public authority or establishment)

ART. 15 –RULES OF PROCEDURE:

The board of directors can establish rules of procedure of the association which are then subject to approval by the annual general meeting. The introduction of such rules of procedure aims to define the various points that are not provided for by the statutes, especially those pertaining to the internal management of the association.

Signed in Vandoeuvre, France on Sunday 24th February 2013

General Secretary                                                                                                             Chairman

Moulay hfid HAMIDI                                                                                              Mina RODMACQ

Communiqué de la conférence D’ES SEMARA

 “Stratégie de développement régional: Quel est le rôle des techniques de gestion dans le développement de la bonne gouvernance locale”

L’organisation de la conférence du 08 juin au centre culturel Sidi Ahmed ERKAIBI à ES SEMARA, ville scientifique de la région du Sahara Marocain, nous a donné l’occasion de libérer la pensée de son emprisonnement intellectuel et de son poids normatif qui s’impose de part l’environnement des valeurs sociales, des conceptions locales des familles du Sahara Marocain, pour transcrire la réalité de l’histoire de développement du Royaume du Maroc, la multiplicité des trajectoires de sociétés qui y sont liées et les stratégies d’acteurs locaux. Pour ce faire, nous avons permis de stimuler la réflexion des acteurs locaux, associatifs, publiques et privés, de la nécessité d’appréhension de l’environnement global et des conjonctures nationales et internationales. Les politiques publiques de gestion et d’aménagement du territoire et les contributions des ONG sur l’évaluation des actions de développement humain et leurs conceptions des droits fondamentaux et universels, tels que ceux de la charte des nations unies du droit de l’Homme, ont été clarifiées.

Cette conférence a été caractérisée par l’audace dans le choix des problématiques actuelles, liées aux spécificités des provinces du Sahara Marocain et aux défis à relever face aux enjeux territoriaux et socio-environnementaux, dans le cadre des politiques locales de gestion des ressources naturelles et des potentialités de l’ensemble des richesses patrimoniales. Les perspectives marocaines des plans d’aménagement urbain et rural, et les mises à niveau des infrastructures régionales pour un développement socio-économique durable, de solidarité interrégionale, ont également faits l’objet des doléances de l’ensemble des participants.

Les thématiques liées à la réappropriation du patrimoine local et aux stratégies de développement régional, en adéquation avec les problématiques liées aux techniques de gestion dans l’amélioration de la gouvernance locale, étaient le socle de cette conférence organisée par l’association AFFAK d’Entreprenariat et de développement, en partenariat avec d’autres acteurs associatifs, dont la coordination européenne au Sahara Marocain et avec la participation de professeurs, chercheurs et académiciens de l’université Cadi Ayyad de Marrakech.

La première intervention a abordé le sujet des politiques régionales au Maroc, et l’approche Mercatique territoriale comme modèle de progrès de la régionalisation avancée. Elle a été présentée par le Professeur Najib BEMOUSSA, vice doyen de la faculté de droit de Marrakech, qui a soulevé la nécessité de la prise de conscience de la dynamique locale et de la sensibilisation des citoyens et des acteurs locaux aux stratégies de développement durable, dans le cadre de la décentralisation et de l’appui des services déconcentrés de l’Etat aux projets d’envergure régionale et nationale. Une analyse comparée des modèles de régionalisation dans plusieurs pays Européens et plusieurs Etats Américains, à la lumière des différentes régions autonomes de plusieurs Etats dans le monde, a permis de clarifier le modèle Marocain, ses spécificités géopolitiques et stratégiques, et de mieux appréhender le plan d’autonomie du Sahara Marocain.

De son côté, le Docteur Mohamed ENACHTAOUI, professeur de droit et directeur du centre des études et de recherches de l’université CADI AYYAD de Marrakech, dans son intervention intitulée la bonne gouvernance locale et les mécanismes de gestion territoriale, a recommandé l’éthique dans l’appropriation des méthodes de gestion des affaires publiques et de l’ingénierie dans la gestion des affaires locales, celles qui nécessitent le recours à une nouvelle vision, bâtie sur le concept de la bonne gouvernance, pour mieux gérer les faits économiques, juridiques, politiques, en lien direct avec la responsabilité et la reddition de comptes. Les diagnostics territoriaux, les études prospectives et la planification des actions de développement socio-économique et environnemental, dans le respect de l’impartialité de la justice, de la transparence et du suivi-évaluation des projets de développement territorial, sont les outils participatifs nécessaires aux acteurs locaux pour relever les défis de la mondialisation.

Dans le même contexte, le Dr Abdul Karim BOUKHANOUCH, professeur de droit administratif à l’Université Cadi Ayyad, qui a présenté le plan d’autonomie comme une nouvelle approche pour mesurer les nouvelles orientations stratégiques de développement locale, a invité tous les acteurs locaux, régionaux et nationaux, à une large participation à cette prise de conscience nationale du plan Marocain de l’autonomie de la région du Sahara, qui s’inscrit dans la suite du long processus des actions de décentralisation et de renforcement des compétences régionales par le Royaume du Maroc, pour la sauvegarde de son intégrité territoriale. Soutenu par la communauté internationale, le plan d’autonomie du Sahara Marocain est une composante principale de la politique nationale du Royaume du Maroc, pour le développement Territorial des régions nord Africains et pour la construction de l’espace économique du grand Maghreb.

D’autres parts, le Docteur KOUTAIBA Qasim Arabes, juriste international, membre du conseil national syrien des droits de l’homme, a qualifié l’initiative marocaine d’autonomie du Sahara d’avancée considérable pour les droits des sahraouis et de privilège pour la région du Sahara. Cette initiative correspond aux normes internationales de la déclaration universelle des droits de l’homme, ceux de la reconnaissance de tous les droits économiques, politiques et culturels, pour une meilleure cohésion sociale dans le cadre de la souveraineté nationale.

A la fin de cette conférence, le secrétaire général de la coordination européenne au Sahara Marocain (CESAM), le Docteur Moulay hfid HAMIDI, Ingénieur Territorial, consultant de l’institut de recherches développement de Montpellier et membre du réseau Agro-Paris Tech, a exposé les contributions des ONG marocaines au niveau national et international, leurs implications aux processus de développement de la démocratie participative et de la diplomatie parallèle, pour asseoir la notoriété des actions de développement durable entreprises par le Royaume du Maroc. En réponse aux questions posées par l’auditoire, en matières de l’évolution de la situation des droits de l’homme au Maroc, dont CESAM participe en tant qu’observateur aux cessions de l’ONU à Genève et de sa collaboration consultative auprès du HCR, il a présenté les droits et les obligations des mouvements sociaux, dans le cadre juridique de la légalité internationale, en prenant l’exemple des manifestations non autorisées et qui peuvent mener à la violence, à l’intolérance, à l’insécurité, au non respect des institutions et aux injures envers les forces de l’ordre, et qui aboutissent au désordre publique. En prenant également pour exemple, les manifestations qui ont provoqué des débordements et des troubles à l’ordre public dans plusieurs Etats Européens et Américains, et qui se sont soldées par des désastres et des pertes colossaux en infrastructures et en vies humaines, suite aux altercations entre les forces de l’ordre et les fouteurs de troubles, le secrétaire général de CESAM a mis en exergue les confusions liées à l’appréciation des situations des droits de l’homme et les limites juridiques d’application des droits fondamentaux en fonction de différentes situations. Les vandales, les extrémistes se mêlent au milieu d’une manifestation autorisée ou d’un mouvement de revendication populaire et portent atteinte à autrui et aux biens publiques et privés. Ces extrémistes ne sont pas des manifestants pacifiques, ils méritent d’êtres punis, d’êtres mis en détention provisoire et d’êtres jugés pour atteinte à l’ordre public et pour le non respect des institutions et des valeurs de leur pays.

***************************************************************************************

****************************************************************************************

Signataires : Agir Contre le Colonialisme Aujourd’hui (ACCA) – Alliance for Freedom and Dignity (AFD) – Alternative Libertaire (AL) – Américains contre la guerre (AAW) – Association des Travailleurs Maghrébins de France (ATMF) – Association des Tunisiens en France (ATF) – Association France Palestine Solidarité (AFPS) – Association Nationale des Elus Communistes et Républicains (ANECR) – Association pour la Taxation des Transactions financières et pour l’Action Citoyenne (ATTAC) – Association pour les Jumelages entre les camps de réfugiés Palestiniens et les villes Françaises (AJPF) – Association Républicaine des Anciens Combattants (ARAC) – Association Universitaire pour le Respect du Droit International en Palestine (AURDIP) – Campagne Civile Internationale pour la Protection du Peuple Palestinien (CCIPPP) – Cedetim / IPAM – Collectif des Musulmans de France (CMF) – Collectif Faty Koumba : association des libertés, droits de l’Homme et non-violence – Collectif interuniversitaire pour la coopération avec les Universités Palestiniennes (CICUP) – Collectif Judéo-Arabe et Citoyen pour la Palestine (CJACP) – Collectif Paix Palestine Israël (CPPI Saint-Denis) – Comité de Vigilance pour une Paix Réelle au Proche-Orient (CVPR PO) – Comité Justice et Paix en Palestine et au Proche-Orient du 5e arrt (CJPP5) – Confédération Générale du Travail (CGT) –  Droit-Solidarité – Europe-Ecologie / les Verts (EE-LV) – Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives (FTCR) – Fédération pour une Alternative Sociale et Ecologique (FASE) – Fédération Syndicale Unitaire (FSU) – Gauche Anticapitaliste (GA) – Gauche Unitaire (GU) – Génération Palestine – La Courneuve-Palestine – Le Mouvement de la Paix – Les Alternatifs – Les Femmes en noir – Ligue des Droits de l’Homme (LDH) – Ligue Internationale des Femmes pour la Paix et la Liberté, section française de la Women’s International League for Peace and Freedom (WILPF) (LIFPL) – Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples (MRAP) – Mouvement Jeunes Communistes de France (MJCF) – Mouvement Politique d’Emancipation populaire (M’PEP) – Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) – Organisation de Femmes Egalité – Parti Communiste des Ouvriers de France (PCOF) – Parti Communiste Français (PCF) – Parti de Gauche (PG) – Participation et Spiritualité Musulmanes (PSM) – Une Autre Voix Juive (UAVJ) – Union des Travailleurs Immigrés Tunisiens (UTIT) – Union Générale des Etudiants de Palestine (GUPS-France) – Union Juive Française pour la Paix (UJFP) – Union Nationale des Etudiants de France (UNEF) – Union syndicale Solidaires- Coordination sud- Union des associations marocaines d’Alsace Lorraine (UAMAL)- Association Toubkal – Greenpeace France- Human Right Wacth- Amewa Sahara- groupe d’amitié France-Maroc



Laissez un commentaire